Produits

Viandes et charcuteries

Plats cuisinés

Produits vedettes

Médias Sociaux

 
 

Heures d'ouverture

Lundi au mercredi : 8h30 à 18h
Jeudi et vendredi : 8h30 à 21h
Samedi : 8h30 à 17h
Dimanche : fermé

Historique

 

Des clients traités comme de vrais amis

Jean-Claude Fortin a ouvert sa boucherie en 1963. À l'époque, il sillonnait les rangs des alentours avec son camion réfrigéré et établissait un lien de confiance avec sa clientèle, qui s'apparentait davantage à un lien d'amitié. On attendait le passage de «Jean-Claude» comme on attendait un membre de la famille. Lauriette et Jean-Claude employaient tout leur temps à bien établir les bases de leur commerce. Ils y consacraient de nombreuses heures et y prenaient un réel plaisir. Leur vie, c'était leur commerce, leur famille, leur clientèle d'amis toujours plus large. Leurs enfants, Daniel et Martine, ont grandi dans cet environnement stimulant où ils n'ont jamais senti le travail comme un fardeau.


Du camion de livraison, ils établirent un point de vente en plein cœur du village… à l’intérieur de la maison familiale à l’arrière. Quoique pratique, cette solution devint vite limitative. La clientèle grossit et le petit local s’avéra un peu restreint. En 1972, Jean-Claude décida donc de faire bâtir une boucherie à l’arrière de la maison, en prenant soin de laisser un stationnement entre les deux bâtisses. Dans un environnement plus grand, les Fortin purent laisser libre cours à leur volonté de développer leur entreprise. Au fil des ans, ils ajoutèrent le volet pâtisserie et augmentèrent la variété de leurs produits. Avec ces améliorations, ils durent s’entourer de quelques employés, en bonne partie constitués de la famille (frères et sœurs). De plus, ils n’eurent pas le choix d’agrandir le stationnement tellement la clientèle grossit. Pour ce faire, ils durent vendre et faire déménager la maison familiale.
En plus de gérer la boucherie efficacement, Jean-Claude et Lauriette ont toujours essayé d’être au devant des tendances, tout en gardant en tête la satisfaction de leur clientèle. Petit à petit, ils ont augmenté le nombre d’équipements afin de pouvoir travailler dans un environnement agréable et efficace. La petite boucherie du village était doté de machines que seules les grandes chaines avaient à l’époque (enveloppeuse sous vide, trancheuse à pain, machine à faire des boulettes, etc). L’achalandage allait bon train, si bien qu’un autre agrandissement était nécessaire. Ce qui fut fait en 1985.


Pour bonifier encore une fois les services de la boucherie, Jean-Claude décida de se doter d’un permis c-1, qui lui permettra, à partir de 1991, de vendre ses produits maison dans d’autres commerces que le sien. Ce type de permis requiert plusieurs modifications pour se conformer aux exigences plus élevées du ministère de l’agriculture, des pêcheries et de l’alimentation. Entre autres, la réfrigération de la salle de coupe se révéla être une amélioration majeure. L’idée de vendre ses produits à l’extérieur du commerce a été peu utilisée puisque la vente au détail n’a cessée d’augmenter. De plus, la boucherie continue sans cesse à développer de nouveaux produits pour satisfaire sa clientèle, ce qui requiert déjà des énergies considérables.


Au début des années 2000, la Boucherie a acquis ses lettres de noblesse, sa réputation dépasse de beaucoup les frontières du village. Jean-Claude et Lauriette peuvent être fiers de leur réussite. C’est pourquoi en 2001, quand leurs enfants Martine et Daniel les approchent pour prendre la relève familiale, les deux parents sont comblés. À l’aube d’une retraite bien méritée, Jean-Claude anticipait de voir son bébé entre les mains d’un étranger. Martine a toujours été reliée de près à l’entreprise familiale. Daniel, bien qu’il remplaçait à l’occasion à la boucherie, menait une carrière dans le domaine des communications.


L’association, bien qu’inattendue, s’est faite dans l’harmonie et au grand bonheur des parents. Après discussions et plusieurs arrangements financiers et légaux, Martine et Daniel deviennent propriétaires de la Boucherie J-C Fortin en juillet 2001. Le père et la mère continuent encore aujourd’hui à apporter leur soutien à raison de quelques heures par semaine. Les conseils des parents font aussi parti du marché!


La transition s’est donc opérée en harmonie avec la mission initiale du fondateur, c’est-à-dire satisfaire aux exigences de la clientèle. Fidèles au développement de la boucherie, Martine et Daniel, confiants des résultats, agrandirent de 700 pieds carrés le commerce. Dans ce nouvel environnement, les services offerts à la clientèle se diversifient et se complètent de mets prêts à manger, de produits maison, de fromages variés, de plus de 40 sortes de saucisses, de produits boulangés et surtout de judicieux conseils de cuisine. Une vingtaine d'employés travaille maintenant au service de la boucherie, aux cuisines et au service à la clientèle. La petite boucherie de Jean-Claude et Lauriette Fortin est devenue une véritable ruche. La clientèle continue de s'élargir et la réputation de qualité et de service personnalisé de la Boucherie J-C Fortin continue de lui forger un succès remarquable. La Boucherie J-C Fortin, c'est une belle histoire de famille, mais c'est aussi une belle histoire de clients toujours reçus comme de véritables amis.